Fates Worse than Death: Généralités


Si le Savoir existe, on peut sûrement le trouver dans les bouquins et sur le trottoir.” –Studs Terkel

Style- L’ambiance est sombre, et désespérée, mais les personnages sont encouragés à ne jamais oublier les valeurs importantes à leurs yeux. Dans la ville, le plus important est d’agir en accord avec ses principes : honneur, altruisme, amitié, famille, buts personnels… La Cité est sans loi et beaucoup de gens pensent qu’elle est un endroit dangereux, mais cette forme d’anarchie permet aux habitants d’être libre de déterminer ce qui est important dans la vie et de le rechercher. La recherche et la protection de l’espoir perdu au milieu des ténèbres est le thème du jeu : comme son nom l’indique, les personnages doivent craindre quelque chose de pire que leur propre mort.

Background- En 2080, l’île de Manhattan est un gigantesque ghetto accueillant les individus qui n’ont pas eu le pouvoir ou la volonté d’habiter dans une arcologie, un centre résidentiel corporatif ou une privatopia hors de prix. Un grand nombre d’habitants sont des fous, des attardés, des criminels, des sans-abri ou des extrémistes. Les autres tentent d’agir au mieux avec ce que la vie a bien voulu leur laisser.

Niveau Technologique- En 2080, de nombreuses nouvelles technologies incroyables ont été découvertes : modifications génétiques, intelligence artificielle, nanotechnologie, programmation mentale (restructuration du réseau neural pour créer des « programmes informatiques » à l’intérieur de l’esprit), énergie psychique… Mais ces technologies n’ont pas vraiment amélioré le monde. Au contraire, de terribles applications sont apparues : que se passe t il si un serial killer a la possibilité de copier son esprit dans le corps d’autres individus ? Quand les réalités virtuelles des compagnies d’entairtainment vous proposent un monde meilleur que le votre ? Quand les pouvoirs psychiques peuvent vous rendre supérieurs aux autres, mais au détriment de votre santé mentale ?

Pouvoirs- Les corporations sont puissantes et influentes mais leur pouvoir est limité par l’opinion publique et le gouvernement. Les arcologies sont des communautés autosuffisantes qui utilisent des scanners cérébraux pour trier et sélectionner les membres les plus productifs de la société. Ceux qui ne peuvent rentrer ni dans une corporation, ni dans une arcologie pourrissent dans des ghettos où la police et le gouvernement n’ont presque aucun pouvoir. Les Drug Lords forment une puissante organisation composée de dealers de drogues dont le seul but est le monopole des produits stupéfiants. Les gangs de rue, après avoir perdu leur capacité à vendre des drogues se sont tournés vers des objectifs plus nobles et sont devenus populaires aux yeux d’un grand nombre d’habitants. Les gangs se battent parfois contre les Drug Lords et les autres prédateurs maléfiques rampant dans la cité, mais ils sont plus souvent impliqués dans des conflits inter gangs et de sanglantes guerres intestines. Le Marché Noir est un réseau décentralisé de criminels et de marchands qui peuvent procurer n’importe quoi à n’importe qui prêt à en payer le prix.

Dangers- Le jeu n’offre pas d’ennemi à abattre. Chaque individu, chaque groupe a ses propres motivations et objectifs. Les personnages feront rarement équipe avec un serial killer et ne se battront sûrement jamais contre des bénévoles sociaux, mais certaines situations extrêmes peuvent conduire aux plus surprenantes alliances. La plupart des décès dans la Cité sont causés par les guerres de gangs, les émeutes, les serial killer, les épidémies, les attaques d’animaux, les meurtres liés aux braquages et aux cambriolages, les meurtres commis par des clochards psychotiques ou encore les overdoses.

Personnages Joueurs- Les personnages font partie de l’une des 3 classes sociales : les “Indépendants” représentent la classe aisée et possèdent beaucoup d’argent, grâce à un héritage ou une activité lucrative. Les « Assistés » forment la plus importante classe sociale de la cité ; ils survivent grâce aux aides sociales, un statut qui leur donne le temps de poursuivre leurs propres buts. Les « Habitants de la rue » sont des sans-abri, nés dans la rue sans papier, entraînés dès la naissance à survivre grâce aux savoir-faire de leur famille. La plupart des personnages sont des membres de gang, mais cela ne veut pas nécessairement dire qu’ils ont un comportement violent ou criminel. Quelques-uns sont fiers d’appartenir à un gang, d’autres y ont été forcés par la vie ou les Drug Lords. Ceux qui n’appartiennent pas à des gangs se regroupent selon leur style, leurs compétences ou par chance pour se protéger des Drug Lords et des autres criminels.

Création de personnage- Le personnage dispose d’un capital de points pour acheter des caractéristiques et d’un autre capital destiné à l’achat des compétences. Il doit choisir une classe de personnage qui représente sa place dans la société. Cette classe de personnage détermine le coût (par niveau) des compétences dans chaque catégorie. La classe de personnage lui donne aussi accès à des revenus et à des compétences, des avantages et des inconvénients spéciaux. Les Modifications corporelles comme les implants, les améliorations génétiques ou la chirurgie plastique sont achetés comme n’importe quel autre équipement. Les avantages et inconvénients sont utilisés pour peaufiner le personnage. Chaque type de point de création de personnage (points de caractéristique, de compétence, argent ou issus des avantages et inconvénients) peut changer de catégorie par l’intermédiaire d’une simple formule.

Système de Jeu- Toutes les règles sont basées sur un système très simple : la somme de Caractéristique + Compétence + Malus/Bonus + 1D20. Le résultat doit être égal ou supérieur à la difficulté de l’action. Les tests d’opposition sont utilisés quand deux actions entrent en conflit : celui qui obtient la plus grande marge entre son résultat et son facteur de difficulté remporte l’opposition. Le combat repose sur une série d’actions et de déplacements ayant chacun une difficulté et un résultat particulier. En combat, tous les personnages disposent d’une action à utiliser contre l’adversaire et d’une réaction pour contrer les attaques qui leurs sont portées à chaque tour.

Translation thanks to Philippe Labadie.

back cover en français.

página principal